Cette page a été traduite en utilisant l'IA et l'apprentissage automatique.

Le département américain du Commerce a renversé une décision d'imposer des règles rendant plus difficile pour les entreprises américaines de traiter avec Huawei, après une intervention du Pentagone et du Treasury Department, il est apparu.

La règle avait promis de modifier les exigences pour permettre aux entreprises américaines de vendre des produits électroniques à Huawei depuis des sites étrangers sans avoir besoin de licences d'exportation. Actuellement, les marchandises vendues ne doivent pas contenir plus de 25 % de matériaux ou de brevets créés par des sociétés non américaines. La règle proposée allait abaisser ce seuil à 10%, ce qui rendrait beaucoup plus probable que les entreprises ne puissent pas vendre à Huawei.

La clé de l'intervention du Pentagone et du Trésor semble résider dans une forte suspicion de la part de ces ministères que la modification de la règle, même si elle nuirait aux intérêts commerciaux de Huawei comme prévu, causerait également trop de dommages aux entreprises américaines qui se trouveraient incapables de commercer avec le entreprise.

Huawei, cependant, est loin d'être en dehors des bois, même s'il a des alliés improbables battant pour elle au sein du gouvernement américain. La société en butte reste une cible réelle pour l'administration du président Trump, puisque son décret interdisant aux entreprises américaines d'utiliser des équipements de télécommunications qu'elle fabrique.

Le déménagement de la société chinoise d'Android à son propre nouveau système HarmonyOS, par exemple, est une démonstration de la façon dont Google n'est pas en mesure de concéder des licences à son logiciel.

Pendant ce temps, la suggestion selon laquelle il y a une discorde importante sur la façon de traiter avec Huawei au sein des instances dirigeantes américaines est intéressante, mais pas tout à fait surprenante.

Au Royaume-Uni, le rôle potentiel de Huawei dans la pose des bases d'infrastructure d'un réseau mobile 5G en croissance fait également l'objet d'un examen extrême, avec de nombreux observateurs, dont des voix éminentes des États-Unis, avertissant que les liens de Huawei avec le gouvernement chinois ne permettent pas de développer le réseau britannique .