Cette page a été traduite en utilisant l'IA et l'apprentissage automatique.

(Pocket-lint) - Nous entendons depuis un bon moment maintenant quApple cherche à monter à bord du train en marche Mini LED et à changer la technologie derrière ses écrans généralement très impressionnants.

À la fin de lannée dernière, ces rumeurs étaient centrées sur les nouveaux modèles de Macbook Pro pour 2021, et les choses ont maintenant évolué pour se concentrer sur certains des autres grands vendeurs dApple, à savoir liPad Pro et le Macbook Air.

Des rapports circulent selon lesquels ces deux produits sont en ligne pour le traitement Mini LED, bien quils soient apparemment sur des délais très différents. Tout dabord, liPad Pro, qui doit être rafraîchi après que le nouvel iPad Air lait fait sortir de leau de plusieurs manières lors de sa sortie.

Le plus gros modèle de 12,9 pouces pourrait être mis à niveau vers un écran Mini LED, selon des sources parlant au blog japonais Mac Otakara, et serait annoncé en mars si ses informations sont correctes.

Vous supposeriez que la tablette bénéficierait également des mises à niveau attendues en interne, y compris une nouvelle puce en son cœur, il serait donc intéressant de voir comment sa proposition de valeur pourrait changer.

Par ailleurs, le MacBook Air est un énorme succès pour Apple sur le marché des ordinateurs portables, mais celui qui vient tout juste dêtre rafraîchi avec la sortie de la version M1. Il nest donc pas prévu de voir une sorte dactualisation imminente, mais un nouveau rapport DigiTimes la épinglé à une version probable 2022.

Cela aurait du sens, donner le temps à lordinateur portable actuel de se coucher et le voir doté dune puce Apple Silicon de deuxième génération également.

Sur les deux plans, nous devrons bien sûr attendre et voir, et nous naurions pas beaucoup despoir de nouvelles fermes sur le front du MacBook Air de si tôt. Il faudra évidemment moins de temps pour savoir si ces prédictions sur le dévoilement en mars dun nouvel iPad Pro Mini LED sont exactes.

Écrit par Max Freeman-Mills.