Cette page a été traduite en utilisant l'IA et l'apprentissage automatique.

(Pocket-lint) - Ceci est la nouvelle Moto 360 (pas la Moto 360 2 comme a été largement vanté) Android Wear smartwatch. C'est une smartwatch plus élégante que son prédécesseur, incarnant un certain nombre de réglages et d'améliorations. Mais il y a toujours ce fiché bracelet noir au bas du cadran de la montre, ce qui l'empêche d'être un véritable affichage circulaire.

Ce que Motorola a fait avec sa smartwatch de deuxième génération, cependant, c'est investir dans la variété. Il existe deux tailles de cadran de montre (46 mm et 42 mm) pour répondre à vos préférences, en plus des bracelets pour hommes et femmes (22 mm, 20 mm et 16 mm) et même un modèle sportif distinct (qui ajoute un GPS intégré et qui n'est pas le sujet de cette première revue de look).

Les bandes et les finitions viennent aussi en abondance. Avec la première génération Moto 360, il y avait la possibilité d'utiliser Moto Maker pour améliorer la finition et les bandes, mais avec la deuxième génération 360, beaucoup de ces options sont disponibles de l'off, du noir à l'argent, à l'or. Nous avons sélectionné le modèle de lien argent, qui nous semble plutôt peluche.

Comparé à l'original Moto 360, le nouveau design intègre un bracelet de montre qui dépasse le corps principal, donnant un look plus élégant. Les sangles sont maintenant amovibles, ce qui signifie, selon nous, que d'autres sangles non-moto pourraient être connectées en standard.

Le bouton de commande sur le côté est maintenant positionné plus haut pour éviter les chocs accidentels, et même arbore un symbole Moto « M » dessus. Comme l'original, ce bouton a toujours une bordure de couleur or, ce qui est une finition design que nous pensions avoir changé cette fois.

Pocket-lint

Avec le cadran de la montre 46mm, il y a une batterie 400mAh à l'intérieur qui, combinée avec le nouveau choix de processeur Qualcomm Snapdragon 400, permet une meilleure consommation d'énergie. Dans le Moto 360 original, une autonomie de la batterie d'une seule journée est la norme, mais avec le modèle de deuxième génération Motorola promet plus proche de deux jours par charge. C'est bon de voir le processeur faire sa marque là, quelque chose que la concurrence avait devant Moto jusqu'à présent.

Il y a une mise en garde, bien sûr, qui est basée sur la taille. La montre plus petite de 42 mm ne peut pas accueillir une batterie aussi grande, avec une offre de 300mAh qui signifie plus proche de la journée de jus par charge (Moto revendique un an et demi).

À l'arrière se trouve le capteur de fréquence cardiaque optique familier, le même dans la deuxième génération que dans la première. C'est une occasion manquée, étant donné le peu de lustre que le capteur est comparé aux appareils sportifs dédiés. Que l'édition Sport se fixe mieux au poignet est quelque chose que nous n'avons pas encore vu.

Comme avant, il y a 4 Go de mémoire interne pour héberger votre musique (vous pouvez stocker d'autres choses si vous le souhaitez, mais nous supposons que le contrôle vocal de la musique aux écouteurs Bluetooth sera son utilisation la plus courante), la résistance à l'eau IP67, une station de recharge sans fil et un capteur de lumière ambiante. C'est le dernier d'entre eux, cependant, cela signifie que la barre noire fait son apparence de retour sur le devant ; nous souhaitons que Motorola conçoive un moyen de cacher tout cela.

Comme le son ? Le nouveau Moto 360 sera disponible à partir de plus tard ce mois-ci, avec des prix commençant à £229 et augmentant en fonction des choix de taille et de finition. Le Moto 360 Sport arrivera un peu plus tard, avec une date de sortie à confirmer.

Premières impressions

C' est le nouveau Motorola Moto 360 en un mot. Il est plus élégant et plus intelligent dans de nombreux domaines, avec l'option plus petite et l'autonomie améliorée de la batterie certainement bienvenue. Mais le modèle de deuxième génération n'a pas nettoyé l'ardoise et corrigé tous les problèmes de son prédécesseur, à savoir cette barre noire à l'avant.

Écrit par Mike Lowe.