Cette page a été traduite en utilisant l'IA et l'apprentissage automatique.

(Pocket-lint) - Dans une année où le jeu a tourné autour de tirer des extraterrestres, de tirer des zombies et de tuer des dragons, il y a quelque chose de merveilleusement rafraîchissant à jouer un Sackperson tricoté et à courir à l'intérieur de l'imagination. Ou, comme c'est le cas dans LittleBigPlanet 3, sur la nouvelle planète Bunkum.

La série exclusive PlayStation a toujours aligné ses aventures folles avec un certain sens de la britishness qui ajoute à sa verve. Bonkers voix acteur, dirigé par le narrateur Stephen Fry et, dans LittleBigPlanet 3, mettant en vedette Hugh Laurie dans le rôle de Newton, le genre de méchant.

C' est un plaisir aventureux qui prouve que le genre de plateforme est toujours pertinent et, pour la troisième sortie de LittleBigPlanet, plus complexe qu'auparavant grâce à l'ajout de plusieurs personnages jouables et à un entraînement pour le jeu coopératif avec jusqu'à quatre joueurs.

Mais LittleBigPlanet 3 est-il un point timide du pull tricoté parfait de Nana, ou un autre ajout bienvenu à la série excentrique et souvent belle ?

Merveillement Cushy

Une fois que votre cerveau a surmonté la curiosité inhérente à l'introduction en direct précédant le jeu, les choses deviennent tout à fait moins cringeuses (on n'a pas besoin d'en dire plus que : mec sur un skateboard, de quoi s'agit-il ?).

LittleBigPlanet 3 dépose son stand d'une manière typiquement magnifique. En 1080p sur PlayStation 4, chaque fil et chaque détail de ce pays des merveilles est visible dans toute sa splendeur. C'est un jeu qui a le charme de bande dessinée, mais loin de l'enfantement extérieur a attrait sous-jacent pour tous les âges. Ne vous laissez pas berner en pensant que c'est juste pour les enfants : LittleBigPlanet 3 n'est pas une procédure facile à parcourir.

Le mode histoire adopte une approche légèrement différente de celle des deux prédécesseurs. Bien qu'il y ait encore un chemin linéaire entre le prologue et le générique final, les trois principaux « livres » - Manglewood, The Ziggurat et Bunkum Lagoon - ont des niveaux de base qui se connectent à des niveaux supplémentaires.

Dans la mode mini-RPG, il y a un sélecteur de mission à l'écran pour guider votre exploration au niveau supérieur, ou pour rechercher des portes nouvellement découvertes pour compléter 100 % de l'offre du jeu.

Fils multiples

Chaque nouveau livre offrira un nouveau personnage jouable en plus de Sackboy : Oddsock, qui peut courir rapidement et lié hors des murs ; Toggle, qui est grand et lourd pour écraser des objets, appuyer sur des plates-formes ou couler dans l'eau, mais peut, via un robinet de la gâchette gauche, basculer dans une petite version capable de glisser à travers les lacunes et courir plus vite ; et Swoop, l'oiseau tricoté, qui est capable de voler, de transporter des objets et de descendre à un rythme rapide pour éviter diverses méchancetés.

La

La

capacité spéciale de chaque personnage donne une diversité supplémentaire à la dynamique de jeu habituelle et il y a des niveaux dédiés à chaque personnage pour tirer le meilleur parti - et ce sont probablement les niveaux les plus amusants du lot. Nous aimerions plus de niveaux Oddsock, cependant, car il est manifestement le plus amusant à jouer - surtout lors de l'exécution des murs et sur les plafonds si au bon rythme.

Il n'est pas possible de passer à travers les quatre personnages à votre gré, car les niveaux sont conçus avec chaque personnage spécifique à un moment donné. Mais cela ne se sent pas rigide en solo tel que cela semble : cela ouvre le jeu et maintient l'intrigue captivante alors que vous vous réjouissez de ces nouveaux moments.

Ces nouveaux personnages ouvrent également la porte au multijoueur coopératif. L'idée est sympa, mais même si jusqu'à quatre joueurs sont capables d'utiliser de multiples capacités, il n'est pas vraiment plus évolué qu'il ne l'était dans les jeux précédents. Agréable, oui, mais l'absence d'un mode coopératif entièrement formé en plus du jeu solo n'existe pas exactement : il y a des zones « x2" et « x4" où plusieurs joueurs sont nécessaires pour pousser des boutons pour obtenir des objets, mais c'est à peu près tout.

Loin de s'appuyer sur ce quatuor de personnages, Sumo Digital, la maison de production du jeu, a également fourni à Sackboy une variété de trucs supplémentaires pour progresser. De The Pumpinator pour pousser et tirer des objets ou faire pivoter des roues ; Blink Ball pour tirer des balles de téléportation ; Boost Boots pour double saut ; Crochet Hat pour glisser le long des garde-corps depuis le haut de votre petite tête laineuse. Ils ajoutent chacun une couche supplémentaire, mais il y a beaucoup plus à prendre à bord que les moments de run-jump and grab d'avant. Peut-être un peu trop.

Combien de temps dure un morceau de ficelle ?

Les trois livres principaux totalisent 28 niveaux, soit 32 incluant la section Prologue, ce qui signifie qu'il s'agit d'un jeu plus court que son prédécesseur - mais toujours amusant d'avant en arrière. Nous avons terminé l'histoire en quelques heures en un après-midi, mais battre tous les niveaux et gagner tous les autocollants et objets à collectionner dans le jeu prendra beaucoup plus de temps, donnant cette valeur typique de LittleBigPlanet.

En effet, c'est probablement le LittleBigPlanet le plus amusant encore. Oui, il y a une répétition inévitable - chercher les billes pour débloquer chaque nouveau personnage jouable signifie rester assis à travers quelques moments de bâillement - mais il y a d'autres niveaux de vue isométrique et la variance offerte par les nouveaux personnages ajoute à l'engagement global.

Il y a aussi d'autres pistes pour maintenir votre intérêt : les niveaux Popit et les créations du monde communautaire. Les premiers sont des puzzles de création où vous aurez besoin de construire, manipuler et détruire le paysage du jeu pour réussir - ce qui semble amusant mais, en fait, est aussi terne que de l'eau de vaisselle étant donné les couches constantes de menus Popit que vous allez parcourir.

Les créations communautaires, comme dans le titre précédent, vous permettent de construire et de jouer d'autres mondes générés par l'utilisateur, ou d'en modifier d'autres. Cette section est largement inpeuplée avant la sortie du jeu, mais pour notre argent, nous ne sommes pas plussédés par elle comme nous l'étions avant. L'idée de créer des mondes complexes est amusante, mais elle prend du temps, difficile et un peu ennuyeux. C'est pourquoi nous nous sommes attachés à la mise en page magistrale du mode histoire et avons créé des niveaux - nous sommes vieux skool comme ça.

Les larmes dans le tissu

En plus de certains modes de jeu douteux (même si c'est une question de goût, bien qu'il s'agisse d'un écart par rapport au genre de plateforme), nous avons également trouvé la courbe d'apprentissage et le niveau de difficulté de l'histoire un peu vacillants. Ce n'est pas aussi progressif que les deux titres précédents ; très rapidement dans le jeu, nous avons pensé que certains des éléments les plus délicats se sont produits. Par conséquent, ce n'est clairement pas un jeu ciblé uniquement les jeunes.

En outre, et malgré une grande voix agissant, il y a quelques éléments irksombres tels que les tons pleurnicher de la princesse volante. Une partie de l'animation est glitchy et ne se synchronise pas, mais nous espérons qu'une mise à jour du premier jour corrigera cela lorsque le jeu arrivera au Royaume-Uni le 21 novembre.

En outre, nous avons connu quelques accidents, avec le jeu ne parvient pas à faire revivre notre personnage et accroché sur un seul écran. Cela signifiait un redémarrage complet et, à son tour, jouer le niveau dès le début une fois de plus - avec des cinématiques non skipppable pour ajouter à l'irritation.

Premières impressions

LittleBigPlanet 3 n'a perdu aucun charme qui a fait ressortir la série excentrique depuis sa conception en 2008. Le troisième épisode de jeu semble magnifique et, malgré quelques problèmes d'animation et d'autres bords effilochés, il joue comme un rêve si vous êtes un fan de plateforme.

Il s'agit d'une expérience solo plus courte que son prédécesseur, mais aussi plus complexe étant donné les multiples outils et personnages proposés. Ces ajouts en font un voyage amusant qui évite de tomber dans le piège répétitif si fréquent dans les jeux de plateforme, bien qu'un jeu avec une courbe d'apprentissage moins progressive que prévu compte tenu des capacités et des outils offerts par les personnages multiples.

Il pourrait ressembler à un dessin animé d'enfants, mais LittleBigPlanet 3 est chaque peu le jeu adulte trop - et un bon roux à cela. Oh, nous y voilà, devenons tous stupides et britanniques à nouveau.

Écrit par Mike Lowe.