Revue de Ghostwire Tokyo : Je n'ai peur d'aucun fantôme

Le jeu s'ouvre sur Tokyo plongée dans la nuit et d'innombrables innocents qui se font voler leur esprit. (crédit d'image: Bethesda Softworks)
Vous êtes Akito, et avec l'aide de pouvoirs spirituels grâce à un gentil fantôme appelé KK, vous allez pouvoir vous défendre. (crédit d'image: Bethesda Softworks)
Ce type est l'antagoniste principal, et il y a beaucoup de mystère autour de son identité. (crédit d'image: Bethesda Softworks)
Vous nettoierez des zones et aiderez les esprits à s'échapper en combattant des ennemis aux designs horribles. (crédit d'image: Bethesda Softworks)
Vous obtenez des pouvoirs élémentaires ainsi qu'un arc et bien d'autres choses encore, et le jeu ressemble beaucoup à un jeu de tir. (crédit d'image: Bethesda Softworks)
Par moments, le jeu devient cependant plus effrayant, s'appuyant sur l'expertise en matière d'horreur de ses développeurs. (crédit d'image: Bethesda Softworks)
Sur PS5, il y a un choix fou de six options graphiques, mais nous avons trouvé que seule la performance était vraiment amusante à jouer sur un téléviseur normal. (crédit d'image: Bethesda Softworks)
Une fois que vous avez trouvé les bons paramètres, la ville est superbe et regorge d'ennemis inventifs et effrayants comme celui-ci. (crédit d'image: Bethesda Softworks)
Avec un peu d'horreur et d'action à revendre, nous pensons que Ghostwire Tokyo est une nouvelle propriété intellectuelle très intéressante qui vaut la peine d'être essayée. Pour l'instant, il est exclusif à la PS5. (crédit d'image: Bethesda Softworks)
#}