Revue de Dying Light 2 Stay Human : la vie de Parkour

La suite de Dying Light est plus grande et plus audacieuse, avec plus de choses à faire, un potentiel de mise à niveau plus complexe et un scénario plus ressemblant à un blockbuster. (crédit d'image: Techland)
Le cycle jour-nuit est essentiel pour la tactique : les morts-vivants n'aiment pas beaucoup la lumière, vous devrez donc planifier comment aborder chaque mission ou tâche. (crédit d'image: Techland)
Il n'y a pas de HDR (plage dynamique élevée) pour une raison quelconque, mais les modes Résolution, Qualité et Performance permettent 4K/30p ou 1080p60 avec/sans suivi de rayons sur la console. (crédit d'image: Techland)
Vous serez du côté des survivants ou des gardiens de la paix, chacun donnant une tournure unique à l'histoire en ramification. (crédit d'image: Techland)
La perspective à la première personne et les mécanismes de parkour ajoutent une touche unique à l'idée d'un jeu en monde ouvert comme celui-ci. C'est très amusant. (crédit d'image: Techland)
La sortie retardée en valait la peine pour un jeu aussi raffiné, mais les graphismes peuvent parfois sembler de dernière génération par endroits. Pas de surprise compte tenu du temps de production de 7 ans. (crédit d'image: Techland)
Ne vous inquiétez pas, cependant, Stay Human n'est pas "juste un autre" jeu de zombies, c'est un jeu de rôle intelligent d'action-aventure se déroulant dans un monde ouvert. Ça vaut le coup de jouer ! (crédit d'image: Techland)
#}