Cette page a été traduite en utilisant l'IA et l'apprentissage automatique.

Une décision récente d'un tribunal européen suggère que les utilisateurs devraient pouvoir revendre des jeux de leur bibliothèque Steam de la même manière que les jeux physiques.

Selon un rapport du site françaisNext Inpact, le Tribunal de première instance de Paris a conclu plus tôt cette semaine que Valve était en violation du droit européen.

En particulier, les politiques des entreprises sur la revente de jeux vont à l'encontre de la loi qui régit la libre circulation des marchandises.

Selon cette loi, tous les produits, y compris les logiciels numériques, devraient pouvoir être vendus, même sans l'autorisation de l'éditeur ou du vendeur original.

Bien sûr, un seul exemplaire peut être vendu, et non plusieurs versions, mais la décision stipule que les utilisateurs devraient avoir le droit de le faire.

Il est dit que Valve dispose de trois mois pour rectifier la situation, mais la société a déclaré qu'elle allait faire appel de la décision.

C' est certainement une tournure intéressante des événements, surtout compte tenu de la controverse en cours entourant les principaux sites de vente de CD comme G2A.

Nous nous demandons également ce qui se passera avec d'autres services comme Uplay, Epic Store, EA Origin et d'autres si cette décision est valable.

Une autre chose intrigante à sortir de la décision a été le fait que Valve a essayé de prétendre que Steam était un service d'abonnement. Il

n'existe actuellement aucun service d'abonnement sur Steam dont nous sommes conscients. Contrairement aux services Xbox Games Pass ou Uplay+ qui offrent joueurs la possibilité de payer des frais mensuels pour l'accès à certains jeux. Bien que nous aimerions certainement en voir un. Heres espère que c'est un indice vers cela à l'avenir.