Pocket-lint est pris en charge par ses lecteurs. Lorsque vous achetez via des liens sur notre site, nous pouvons gagner une commission daffiliation. Apprendre encore plus

Cette page a été traduite en utilisant l'IA et l'apprentissage automatique avant d'être révisée par un rédacteur humain dans votre langue maternelle.

(Pocket-lint) - Insta360 a annoncé une nouvelle caméra 360 conçue spécifiquement pour le DJI Mavic Air 2 et Air 2S, appelée la Sphère.

L'accessoire fonctionne comme les autres caméras 360 de la marque, avec deux objectifs grand angle orientés dans des directions opposées, qui sont ensuite assemblés pour créer des séquences vidéo et des photos à 360 degrés.

Cette fois, cependant, les objectifs ne sont pas sur les côtés opposés d'un corps de caméra, ils sont plutôt montés sur un harnais et chevaucheront le corps du Mavic Air 2.

La séparation des objectifs signifie que la sphère peut capturer des séquences où le drone devient essentiellement invisible, et l'environnement environnant peut être vu sous tous les angles.

Non seulement cet accessoire débloque une variété de possibilités de tournage créatives, mais il n'interfère pas avec la caméra embarquée du Mavic Air 2, et peut donc servir de second angle complémentaire.

Vous pourriez être inquiet à l'idée d'attacher un dispositif tiers à votre drone, mais Insta360 affirme utiliser un mécanisme de verrouillage ultra-sécurisé qui n'a aucun impact sur l'intégrité structurelle du drone. Elle nous assure également que la Sphère n'interférera pas avec la réception GPS ou la liaison de contrôle à distance.

L'Insta360 Sphere peut enregistrer des vidéos jusqu'à 5,7k 30fps et prendre des photos à 360 degrés avec une résolution de 6080 x 3040.

Il n'y a pas encore de mot sur un système pour d'autres drones DJI, mais si vous êtes propriétaire d'un Mavic Air ou Air 2S, il est disponible à partir d'aujourd'hui au prix de 429,99 $. Il n'est disponible que pour les clients des États-Unis et de la Chine continentale, pour le moment.

squirrel_widget_12852632

Écrit par Luke Baker.