Pocket-lint est pris en charge par ses lecteurs. Lorsque vous achetez via des liens sur notre site, nous pouvons gagner une commission daffiliation. Apprendre encore plus

Cette page a été traduite en utilisant l'IA et l'apprentissage automatique.

(Pocket-lint) - Si vous envisagez de créer un mème à partir dune image ou dune vidéo de quelquun que vous avez vu sur Twitter et de le partager, vous devrez peut-être réfléchir à nouveau. Le réseau social a ajouté une nouvelle ligne dans sa politique de confidentialité qui interdit le partage de médias privés sans lautorisation du sujet.

Sa politique dinformation privée interdit désormais le partage de « médias de particuliers sans lautorisation de la ou des personnes représentées ».

Cette mesure a été prise pour protéger la vie privée de toute personne involontaire et/ou empêcher lutilisation abusive de limage ou de la vidéo dautrui : , et révéler lidentité des individus. Le partage de médias personnels, tels que des images ou des vidéos, peut potentiellement porter atteinte à la vie privée dune personne et peut entraîner des dommages émotionnels ou physiques. Lutilisation abusive des médias privés peut affecter tout le monde, mais peut avoir un effet disproportionné sur des femmes, des militantes, des dissidents et des membres des communautés minoritaires."

Cest un petit plongeon dans locéan quand il sagit de faire de Twitter un endroit plus sûr et plus convivial, mais cest un début.

La plupart des publications signalées comme présentant des médias partagés sans autorisation seront supprimées une fois notifiées. Le contexte sera cependant utilisé. Par exemple, si quelquun partage une photo dun ami en détresse, il est peu probable quelle soit supprimée.

Twitter prendra également en considération si limage ou la vidéo est dintérêt public - cest-à-dire. également couvert par les médias traditionnels. Et les personnalités publiques seront exemptées si le discours est également dans son contexte et nentre pas en conflit avec les directives du réseau sur les comportements abusifs.

Écrit par Rik Henderson.