Cette page a été traduite en utilisant l'IA et l'apprentissage automatique.

Facebook s'est associé à des chercheurs de Carnegie Mellon pour aider à mieux comprendre la COVID-19, la maladie causée par le nouveau coronavirus.

Ils proposent un sondage qui apparaîtra en haut du fil d'actualité Facebook. Il demandera aux utilisateurs de partager des informations sur leur santé et leurs symptômes . L'enquête n'est pas obligatoire, c'est volontaire. Facebook a déclaré que les identités de ceux qui optent seront protégées aussi, car l'entreprise ne sera pas en mesure de voir les résultats, et elle cache l'identité des participants aux enquêtes aux chercheurs de Carnegie Mellon.

Facebook pointe déjà les utilisateurs vers les informations officielles COVID-19 via des messages en haut du flux d'informations des utilisateurs. Mais, avec cette étude menée par des chercheurs de Carnegie Mellon, elle espère « générer de nouvelles idées sur la façon de réagir à la crise, y compris des cartes thermiques des symptômes auto-déclarés ».

L' enquête est lancée aux États-Unis et pourrait s'étendre « si les résultats sont utiles ». Les enquêtes qui permettent de suivre les symptômes dans l'ensemble de la population américaine peuvent aider les chercheurs de plusieurs façons, y compris la façon dont les infections par le coronavirus se propagent dans tout le pays et la détermination des zones qui pourraient nécessiter des tests. Facebook dit que cela donne aux chercheurs l'accès à des informations anonymisées sur la localisation.

Facebook n'est pas le seul à lancer un suivi des symptômes comme cette enquête. Des chercheurs britanniques, dans le cadre d'une collaboration entre King's College London et les hôpitaux de Guy's et St Thomas, ont lancé le COVID Symptôme App Tracker dans une tentative de mieux comprendre la pandémie. De même, l'espoir est de recueillir des informations sur la question de savoir si les gens au Royaume-Uni se sentent malades et d'identifier les points chauds.

Apple propose également son propre outil de dépistage COVID-19.