Cette page a été traduite en utilisant l'IA et l'apprentissage automatique.

La série Fujifilm X-Pro a toujours été un peu niche. Pourtant, nous l'aimons pour ça. Cet appareil photo sans miroir dispose d'un viseur hybride comme aucun autre - jumelage optique et électronique ensemble - et, dans le X-Pro 3, il double sur l'importance que cela revêt. Comment ça ? En cachant complètement l'écran LCD arrière.

Au lieu de cela, le X-Pro 3 a un petit sous-LCD à l'arrière, qui affiche les modes de prise de vue actuels ou le mode film, ce qui rend cet appareil tout à fait semblable à un appareil photo de film rétro. La logique, apparemment, est que les utilisateurs X-Pro 3 interagissent le plus avec le viseur, donc cela supprime les distractions de l'écran principal.

Mais ne paniquez pas, il y a encore un écran LCD principal aussi, c'est juste un cas de basculement de l'écran vers le bas - ce qui le voit ensuite assis dans une position plutôt inhabituelle sous la caméra. Nous nous sommes demandé à moitié dans notre examen initial X-Pro 3 si Fuji aurait dû tout faire et abandonner complètement l'écran.

Comme pour le reste de la série X-Pro, le modèle de troisième génération utilise les objectifs de la série X de l'entreprise. Le viseur optique ne peut pas s'adapter à toutes ces longueurs focales, d'où le format hybride. Il peut dessiner des contours numériques sur l'écran optique pour afficher le cadre. La vue optique est également plus large que le cadre, ce qui signifie que vous pouvez préjuger ce qui arrive dans le cadre. C'est une façon de travailler très distinctive, et c'est ce que le X-Pro 3 vise.

Pour plus d'informations sur le X-Pro 3, qui dispose pour la première fois du capteur X-Trans CMOS IV de Fujifilm, consultez notre examen initial approfondi.

squirrel_widget_168754